try another color:
try another fontsize: 60% 70% 80% 90%
Bronislas

Nouveau blog, nouvel article, "revu et corrigé" : Boards of Canada

Boards Of Canada

Bonjour à tous. Aujourd'hui j'ai décidé de mettre un terme au blog qui était hebergé sur wordpress.com pour le reprendre ici, afin d'avoir plus de possibilités et surtout plus de contrôle sur ce que je fais. Me voici libre comme l'air. Et trop de liberté d'un coup, forcément, ça donne un peu le vertige. On va donc commencer en douceur avec la mise à jour d'un article de mon ancien blog, qui datait du 8 juin 2008, presque un an. On va voir ce qui a changé depuis.

Mon article original commençait, de façon peu originale, par la présentation du groupe dans l'article du wikipedia:

Boards Of Canada (BOC) est un duo écossais de musique électronique composé de Michael Sandison (né le 14 juillet 1971) et Marcus Eoin (né le 27 mai 1973). Ils ont réalisé de nombreux albums, les plus notables étant Twoism (1995), Music Has the Right to Children (1998), Geogaddi (2002) et l'album The Campfire Headphase, sorti le 17 octobre 2005 avec peu de publicité et de rares interviews. Le duo a enregistré quelques œuvres peu connues sous le nom de Hell Interface.

À l'époque, je n'avais pu écouter que l'album Music Has the Right to Children, mais j'avais fait un certain nombre de réflexions qui me paraissent encore aujourd'hui plutôt intéressantes :
  • Je suis d'accord avec ce qui se dit à propos de leur style de musique: ambiante, complexe, travaillée. L'appelation "IDM" (Intelligent Dance Music) n'est pas déméritée.
  • Il en est de même pour le son, qu'on s'accorde généralement à définir comme chaud, rappellant les années 70.
  • Enfin au niveau des inspirations, ça me rappelle Brian Eno, et on ressent effectivement bien aussi l'aspect organique, "écologique" de leur musique.
Cependant, depuis, j'ai fait à peu près le tour de leur discographie, et je peux me permettre d'être un peu plus locace. Music Has the Right to Children est souvent considéré comme leur meilleur album. Si on compare celui-ci avec l'EP publié trois ans auparavant, Twoism, on remarque que ce que je dis de leur musique n'était pas valable en 1995. Music Has the Right to Children a donc été pour eux un étalon, un album qui a stabilisé les caractéristiques principales de leur musique, en même temps qu'il a fait référence dans le milieu de la musique électronique. Je ne conseille pas de titres en particulier, car j'adore l'album en son entier.

Mais Boards of Canada n'en est pas resté là, et il a récidivé avec un EP en 2000 : In a Beautiful Place Out in the Country. Les EP permettent sont apparemment le lieu des expérimentations, car la musique y est beaucoup plus planante, et les sonorités moins "rondes" et "chaudes" (en un mot moins "Boardsofcanadiennes", une lectrice approuvera) qu'à l'accoutumée. Mais j'adore cet EP pour deux titres que je trouve magnifiques. Le premier Amo Bishop Rodenfonctionne autour d'un seul et même sample, à la tonalité mélancolique, autour de laquelle nos deux compères "brodent" des entrelacements de sons rythmiques très secs et courts qui fait penser à Autechre. Le second, Zoetrope est à des années lumières de ce à quoi ils nous avaient habitué auparavant. On se rapproche d'une musique minimaliste qui me fait un peu penser (dans la mesure du comparable) aux travaux d'artistes comme Steve Reich, Philip Glass ou Arvo Pärt. Je regrette sincérement qu'ils n'aient pas poursuivi sur cette voie parfois.

En 2002, le temps des regrets n'est pourtant pas arrivé, car Boards of Canada va livrer là un album que je trouve vraiment brillant, Geodaggi. La pochette de l'album représente une fractale de couleur jaune sur un fond rouge. Elle est, à mon avis, tout à fait représentative du contenu, qui comme les fractales, joue avec les répétitions, comme en témoigne certains titres (A is to B as B is to C, Gyroscope, Alpha and Omega), mais aussi les échelles, avec un souci du détail qu'on ne retrouve pas encore dans Music Has the Right to Children (The Devil is in the Details)

_

Quelques liens:
Site officiel | sur Fluctuat.net | sur le Wikipedia

Pourquoi ce site ?

Ce site répond à deux exigences : rassembler des articles provenant de mes anciens blogs, le continuer, mais aussi d'adjoindre à cet ancien matériau des choses nouvelles : des articles, réflexions, dossiers. Plus longs, il seront l'occasion pour moi de traiter plus en détail des sujets qui me passionnent. J'espère entre autres parler de musique, d'histoire, de cinéma et de culture. Enfin, j'essayerai de parler de l'informatique, et notamment des logiciels libres. Je suis en effet un utilisateur quotidien des logiciels libres. Ils me rendent de fiers services ; il est donc de mon devoir d'en vanter les mérites

Actuellement le site reste en chantier, et le contenu manque encore. Il devrait cependant se remplir petit à petit.

Syndiquer le contenu